Idées clés de Faber et Mazlish

« Les parents veulent tellement le bonheur de leurs
enfants qu’ils les privent souvent des expériences de maturation associées à la
déception, à la frustration et au deuil.
Si seulement les parents savaient qu’on donne des forces aux enfants quand on reconnait leurs émotions pénibles »

« Le travail le plus important d’un parent, c’est
d’aider ses enfants à s’aimer eux-mêmes, de leur dire qu’ils sont de bons êtres
humains, dignes de respect, que c’est agréable d’être en leur compagnie, que
leurs sentiments et leurs idées sont valables. » « Notre travail
consiste à leur faire reconnaître leurs qualités et leurs talents. »

« C’est le privilège du parent d’être du côté de
l’enfant et d’encourager ses rêves »

« Les problèmes qu’on rencontre, sont des occasions d’enseigner aux enfants qu’ils
peuvent faire partie de la solution. C’est une occasion de maturation et
d’apprentissage, pourvu que nous ne les « distrayons » pas de leur
processus et que nous ne « polluons pas » avec nos propres idées »H.G.

« Les parents ne sont pas responsables du bonheur
de leur enfant » , mais plutôt de la manière dont ils réagissent.
C’est la manière des parents/adultes de réagir aux événements et conflits, qui transmet les valeurs  et l’humanité aux enfants.

On peut à la fois passer
à l’action avec énergie
et avoir de la sollicitude pour l’enfant.

« Il y a des moments où les parents doivent agir, et non se contenter de réagir ». H.G.

Les enfants ont besoin de sentir les adultes « de leur côté ». Ils ont besoin de sollicitude et d’espace pour leurs rêves.

  • Chacun des parents
    devraient respecter sa propre limite
  • On peut se montrer
    un peu plus gentil qu’on se sent, mais pas beaucoup plus
  • Il est important
    d’accepter ses sentiments du moment

« On n’aide pas l’enfant en lui laissant entendre
qu’il a le pouvoir de nous faire sentir coupable. L’enfant se retrouve soudain
dans le rôle du procureur, tandis que ses parents sont trainés sur le banc des
accusés. Quand on permet à un enfant de faire ça à ses parents, comment
croyez-vous qu’il se sente vis-à-vis de lui-même ? »

 

« Plus nous ressentons des émotions profondes, plus
nous devenons humains. »H.G.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.